APPROCHE SYSTÉMIQUE BRÈVE

CENTRÉE SOLUTIONS ET COMPÉTENCES

Une approche dite  "Systémique"

Il est important de préciser que l'approche systémique se distingue d'autres approches par sa façon de comprendre les relations humaines.

Il s'agit d'un modèle de pensée qui propose une façon complémentaire de regarder le monde dans lequel nous vivons, différent de la vision analytique du lien de causalité, hérité de Descartes.

Au cours des séances, le thérapeute ne se focalise pas seulement sur la personne, il accorde également une importance particulière aux différents systèmes dans lesquels son patient évolue : environnement familial, professionnel, social, etc, et va observer la manière dont ces systèmes vont l'influencer à la fois par ses intentions, mais aussi par celles du ou des systèmes avec lesquels il interagit.

 

Une Thérapie Centrée sur des Solutions

Avoir recours à une Thérapie Centrée sur des Solutions (TCS) permet de se faire aider pour trouver ses propres solutions et envisager d'"aller mieux" en s’appuyant sur ses propres ressources et compétences.

La thérapie brève centrée sur des solutions sont issues d'une approche thérapeutique récente, apparue dans les années 80, développée à partir des travaux de Steve de Shazer, de Milton Erickson et de Gregory Bateson. 

 

soutient le patient pour  rechercher ses ressources cachées, et mettre en action ses compétences. La thérapie brève est éloignée de la position psychanalytique. Elle vise à opérer des changements de manière assez pragmatiques. 

Le patient est "acteur" et responsable des décisions qui le concernent. Il sait ce qui est bon pour lui, il est à même de juger de l’orientation à donner, du rythme des séances... En utilisant ses ressources et compétences, le patient va être amené à entrer dans une nouvelle dynamique. Le patient est expert du contenu de sa vie, le thérapeute quant à lui, est expert du processus qui aide le patient à aller dans la direction qu’il choisit.

  • Selon M-C. Cabié et L. Isebaert, l'idée est de : « Redonner la liberté de choix là où le patient ne pensait plus l’avoir ».

  • Selon Guy Ausloss, ce qui est recherché est « la différence qui fait la différence ».

 

 

Cette thérapie part du constat qu’un individu qui souffre de certains troubles a tendance à répéter des tentatives qui vont toutes dans le même sens pour changer sa situation, sans y parvenir, ce qui constitue une source de souffrance supplémentaire et aggrave son cas.

 

Elle écarte alors systématiquement toutes les méthodes essayées par le patient dans le passé et qui n’ont pas fonctionné. Il ne s’agit pas de découvrir les causes des troubles du patient, mais de comprendre comment ils subsistent dans le présent. Après avoir identifié le problème, le thérapeute fixe le but à atteindre et élabore des interventions qui vont permettre de le réaliser. Il s’agit de provoquer un changement chez le patient, une modification de ses comportements, sinon une rupture de ses habitudes. Pour ce faire, le thérapeute amène le patient à changer sa perception des choses et les interprétations qu’il fait de son vécu, en lui faisant faire l’expérience concrète du changement dans sa vie quotidienne. Ainsi, il peut en venir par exemple à inciter un patient  boulimique à manger, alors que ce dernier s’évertue à lutter contre cette envie. Selon cette thérapie, comme c’est la peur de l’angoisse qui la renforce, permettre aux patients de lâcher prise sur leurs problèmes permet d’en retrouver le contrôle. Cependant, cette technique est à utiliser avec des personnes qui ont des troubles liés à une volonté de contrôle, et qui veulent réellement en finir avec leur problème.