LES ÉTAPES DU PROCESSUS

Un entretien préalable d'information

LE PROCESSUS DE MÉDIATION 

La médiation commence toujours par un premier entretien d'environ 1h, seul(e) ou en présence des participants.

 

Cela permet :

  • de faire connaissance et d'établir un lien de confiance,

  • de présenter la médiation familiale :

    • ses objectifs,

    • ses principes éthiques et déontologiques, 

    • son cadre,

    • les conditions de bon déroulement des séances (durée des séances, rythme, coût...)

    • le champs d'action du médiateur

  • d'identifier les différents participants 

  • de s'assurer, à partir de la demande et des besoins exprimés par chacun, de la pertinence de la médiation familiale, 

  • d'orienter vers d'autres professionnels si la médiation familiale n'est pas adaptée à la situation exposée.

 

Ce temps préalable d'écoute et de parole est indispensable.

Il permet au médiateur de recueillir l'adhésion individuelle des participants, et de s'assurer que chacun s'engage dans ce processus de médiation de manière volontaire et librement consentie.

Plusieurs séances de médiation 

À l'issue de cette première étape, les séances impliquent la présence de chacune des parties en conflit à chacun des rendez-vous. 

Il s'agit d évaluer ensemble :

  • les objectifs de la médiation

  • les points à traiter en médiation,

  • les règles à respecter pendant le processus de médiation,

  • la suspension des délais de prescription durant la médiation (pour recourir au tribunal ou reprendre la procédure engagée),

  • le nombre d'entretiens nécessaires pour aborder les différents sujets qui les préoccupent. 

Le nombre de séances est adapté au temps nécessaire pour que les parties puissent envisager de nouvelles modalités d'organisation, faire évoluer leur relation, prendre les décisions qui répondent aux besoins de chacun, vérifier que celles-ci soient mutuellement acceptables et applicables par tous.

Pour parvenir à des accords oraux ou écrits

A l'issu de la médiation, des accords pourront être convenus à l'oral, ou bien rédigés d'un commun accord avec l'accompagnement du médiateur familial.

Pour donner une valeur juridique à leurs accords, les personnes peuvent les transmettre à leurs avocats ou directement au juge aux affaires familiales, pour une intégration dans une décision de justice. Le jugement rendu, sous forme d'une ordonnance de justice, permettra à chacun de se référer à ce cadre juridique.